La direction du CHU de Martinique adapte le contrôle du pass sanitaire

Le contrôle du pass sanitaire n'est pas abandonné au CHU de Martinique, mais ses modalités ont été "aménagées"...

21 octobre 2021 à 12h42 par Tropiques FM avec l 'AFP

chu martinique
CHU MARTINIQUE
Crédit: ALAIN JOCARD/AFP

Le contrôle du pass sanitaire n'est pas abandonné au CHU de Martinique, mais ses modalités ont été "aménagées" a assuré mercredi la direction après la diffusion d'une note interne stipulant que les personnels non vaccinés entrant dans les services, "sont invités à faire un test de dépistage".

"Tous les personnels hospitaliers pourront entrer dans leurs services quelle que soit leur situation au regard du passe sanitaire", selon une note interne signée de la direction du CHU de la Martinique et diffusée mardi. "Les agents en situation de non-conformité sont invités à réaliser un test de dépistage", précise le document.

"Le contrôle systématique du passe sanitaire n'est en aucun cas abandonné", prévient cependant la direction du CHU dans un communiqué adressé à l'ensemble des médias.

"Les modalités d'organisation de ce contrôle ont simplement été aménagées pour les professionnels du CHU. Les contrôles systématiques lors de l'accès au CHU sont bien effectués, mais ne doivent bien entendu en aucun cas générer des situations de blocage ou de rupture de l'offre de soins", indique le texte.

"On ne peut pas être autrement que satisfait", a réagi auprès de l'AFP Olivier Villeronce, secrétaire général de la CDMT santé et membre de l'intersyndicale mobilisée au CHUM. "On ne pouvait pas accepter qu'un passe sanitaire rompe la continuité des soins. On ne peut pas faire sans une personne, on est déjà en effectif réduit", a-t-il ajouté.

Les cinq organisations syndicales de l'établissement attendent encore des précisions d'application de cette nouvelle directive.

Cette nouvelle organisation intervient après les affrontements survenus vendredi entre forces de l'ordre et des manifestants à l'hôpital Pierre Zobda Quitman, l'un des 7 sites du CHU. Gendarmes et policiers avaient été mobilisés sur place pour garantir le contrôle du passe sanitaire à l'entrée de l'établissement de santé.

"L'interdiction d'entrée dans l'établissement a généré énormément d'angoisse chez le personnel soignant", souligne M. Villeronce. "Les agents sont arrivés lundi avec la trouille au ventre", insiste le représentant de la CDMT-Santé. 600 employés ont fait valoir leur droit de retrait revendiquent les organisations syndicales.

La direction et l'intersyndicale ont convenu de la mise en place d'une médiation conventionnelle pour résoudre la situation au fond. "Nous avons posé comme conditions que le préfet et l'Agence Régionale de Santé participent à la médiation", a précisé M. Villeronce.