Actualité

Outre-mer: trois nouveaux présidents de région et collectivités territoriales

28 juin 2021 à 13h38 Par Tropiques FM avec L'AFP
Crédit photo : Hans Lucas via AFP

Si les sortants ont été réélus en métropole, plusieurs collectivités d'Outre-mer ont vu basculer leur exécutif local dimanche avec l'élection de Huguette Bello à la tête de la Région Réunion, celles de Gabriel Serville en Guyane et de Serge Letchimy en Martinique.

La Martinique et la Guyane élisaient le président de leur collectivité territoriale unique, exerçant à la fois les compétences départementales et régionales. En Guadeloupe et à La Réunion les électeurs élisaient un conseil régional et un conseil départemental. A Mayotte, c'est un conseil départemental qui gère le territoire.

- La Réunion -

Huguette Bello, à la tête d'une liste d'union de gauche, a remporté dimanche la région Réunion avec 51,85% des voix face au président de région sortant Didier Robert (Dvd), qui était sorti vainqueur d'un premier duel avec Huguette Bello, en 2015.

Ce résultat permet à Mme Bello de rafler 29 des 45 sièges.

Mme Bello, maire divers gauche de Saint-Paul (ouest de l'île), arrivée en deuxième position au premier tour des régionales le 20 juin (20,74%), derrière Didier Robert, avait fusionné sa liste avec celles de la maire PS de Saint-Denis, Ericka Bareigts, arrivée troisième (18,48%) et du divers gauche Patrick Lebreton (7,78%).

La Réunion a aussi voté pour renouveler son conseil départemental. Le rapport de force entre les tendances politiques devrait se dessiner lors de l'élection pour la présidence du Département le jeudi 1er juillet.

- Guyane -

La liste d'union de gauche menée par le député Gabriel Serville (DVG) a nettement remporté les élections dans la collectivité territoriale de Guyane (CTG), face au président sortant Rodolphe Alexandre.

Cette liste d'union a recueilli 54,83% des suffrages exprimés contre 45,17% pour la liste du sortant, qui avait pourtant fini en tête au 1er tour (43,71%).

Arrivé second au premier tour, Gabriel Serville aura finalement réussi à fédérer un électorat majoritaire entre les deux tours avec à ses côtés au sein de cette union, le maire amérindien d'Awala Yalimapo, Jean-Paul Fereira (DVG) réputé modéré, arrivé en 3e position au 1er tour.

- Martinique -

Le député apparenté PS Serge Letchimy remporte les élections territoriales avec 37,72% des voix, devant l'indépendantiste Alfred Marie Jeanne, 85 ans, le président sortant (35,27%).

Le nouveau président de la collectivité devrait disposer d'une majorité confortable avec 27 sièges sur les 51 de l'assemblée de Martinique.

Battu en décembre 2015, Serge Letchimy a réussi à mobiliser pour triompher dans trois des quatre circonscriptions, notamment à Fort de France où il termine largement en tête.

Le député de Fort de France devra abandonner son fauteuil à l'Assemblée nationale pour se consacrer à son nouveau mandat à la CTM.

- Guadeloupe -

Le président sortant de la Région Guadeloupe, Ary Chalus (LREM), a remporté une large victoire, recueillant 72% des suffrages face à la socialiste Josette Borel Lincertin, présidente sortante du Conseil Départemental (28%).

Président du conseil régional depuis 2015, il avait raté de peu une réélection dès le premier tour, le 20 juin.

A la tête d'une liste composite, Ary Chalus a réuni autour de lui des fidèles (issus du puissant parti politique local GUSR dirigé par Guy Losbar) mais aussi des personnalités plus inattendues, comme l'ancienne ministre de droite, Marie-Luce Penchard.

Tout comme sa principale rivale, Josette Borel-Lincertin, il a été rattrapé pendant la campagne par des affaires politico-judiciaires.

Le résultat final des élections départementales est pour sa part suspendu à un recours préfectoral concernant trois cantons, qui n'ont pas tenu de deuxième tour dimanche.

- Mayotte -

Les électeurs de Mayotte ont confirmé l'ancrage à droite de ce département d'Outre-mer, la majorité des 26 conseillers départementaux élus dimanche étant étiquetés à droite ou au centre.

Les candidats LR qui étaient en course dans sept cantons sur treize n'ont cependant remporté que trois cantons et il sera compliqué pour le député Mansour Kamardine, candidat à la présidence du département, de constituer une majorité pour succéder au LR Soibahadine Ibrahim Ramadani qui ne se représentait pas.

Des anciens LR ou dissidents ont également cette ambition à l'instar de Ben Issa Ousseni, vice-président chargé des finances sortant. Les centristes joueront également les arbitres avec six cantons.

Mayote s'est démarquée, lors de cette élection marquée par l'abstention dans l'Hexagone, par le taux de participation le plus élevé de France: 68,14% des électeurs se sont déplacés dimanche.