Régionales en Guadeloupe: Ary Chalus (LREM) rate de peu une réélection dès le 1er tour

21 juin 2021 à 16h13 Par Tropiques FM avec L'AFP
Crédit photo : Faceook Ary Chalus

Le président sortant de la Région Guadeloupe, Ary Chalus (LREM), a raté de peu dimanche une réélection dès le premier tour, avec 49,31% des suffrages, loin devant la liste de la présidente socialiste du département Josette Borel Lincertin (17,38%).

Surprise de ce premier tour, Ronald Selbonne, porte-parole de l'Alyans Nasyonal Gwadloup (nationalistes), arrive en troisième position.

Comme ailleurs, ce scrutin où 12 listes étaient en lice pour élire les 41 conseillers régionaux, a été marqué par une très forte abstention avec un taux de participation de 30,85% contre 47,21% en 2015.

Le vote a été perturbé dans certaines communes par l'ouverture de bureaux en retard, soit à cause d'un manque d'effectifs (assesseurs absents), soit à cause d'actes de vandalisme. Dans un communiqué, le préfet Alexandre Rochatte a "dénoncé les détériorations et saccages des bureaux de vote à Gosier" et les a "condamnés fermement".

La campagne électorale a été émaillée d'enquêtes politico-financières avec plusieurs candidats placés en garde à vue ces dernières semaines, parmi lesquels Ary Chalus dans le cadre d'une enquête pour "abus de confiance, détournement de fonds publics et financement illégal" de la campagne de 2015.

Josette Borel Lincertin (FGPS, Fédération guadeloupéenne du Parti socialiste) a, elle, été placée en garde à vue une dizaine d'heures dans le cadre d'une enquête pour "prise illégale d'intérêt, complicité de prise illégale d'intérêt ou recel". Selon une source proche de l'enquête, les auditions portaient notamment sur "un recrutement à l'Office de l'Eau".

Arrivé quatrième avec 5,56% des voix, le député Max Mathiasin, ancien membre de la FGPS à la tête d'une liste d'union de plusieurs composantes de la gauche locale, est mis en examen depuis septembre 2020 pour "abus de confiance et détournement de bien public par personne dépositaire de l'autorité publique".

Quant aux départementales, elles sont elles aussi marquées par une forte abstention: le taux de participation s'élève à seulement 30,59%, alors qu'il était de 48,49% en 2015.

Cette abstention record fait qu'aucune liste sur les 21 cantons n'a atteint 25% des voix des inscrits. Même le binôme seul en lice dans le deuxième canton de Sainte-Rose, avec 100% des suffrages exprimés, n'a engrangé que 22,37% des électeurs inscrits et un second tour sera donc nécessaire.