Actu tropiques

27 Mai 1848 : l’abolition de l’esclavage en Guadeloupe

27 mai 2020 à 13h00 Par Willian Bacoul
C’est le 27 mai 1848 que Jean-François Layrle, gouverneur de la Guadeloupe, a proclamé l’abolition de l’esclavage sous la pression des esclaves. Une semaine plus tard, le décret officiel est arrivé en terres guadeloupéennes.

Débuté en 1674, le commerce triangulaire fait entrer l’esclavage dans une nouvelle dimension. En février 1848, la deuxième République en France commence à peine et des voix se soulèvent afin de dans la cause de l’abolition de l’esclavage. L’abbé Grégoire, Tocqueville, Victor Schoelcher et Cyril Bissette, ont contribué à rendre crédible cette idée aux yeux de la société de l’époque.

Le décret

Un décret provisoire promulgué par un gouvernement provisoire lui aussi, entre en vigueur le 27 avril 1848 soit un mois avant le décret officiel. Il stipule en premier lieu que « l’esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises deux mois après la promulgation du présent décret dans chacune d’elles ». Le 8 mai suivant, Adolphe Ambroise Alexandre Gatine, commissaire général et membre de la commission d’abolition de l’esclavage embarque à bord du « Chaptal », une frégate, avec le décret d’abolition à destination des Antilles.

Se battre pour sa liberté

Du côté de la Martinique, les esclaves trouvaient que le processus était trop lent. Ils ont alors décidé de mener leur propre combat à coup de révoltes chez les esclavagistes. Le 22 mai à Saint-Pierre, une révolte plonge la ville dans le feu et le chaos. Par peur que le phénomène s’étende de plus en plus, Claude Rostoland, gouverneur de la Martinique,
proclame alors l’abolition le 23 mai.
Du côté de la Guadeloupe aussi la tension est montée d’un cran. Mais afin d’éviter des révoltes semblables à celles de la Martinique, le gouverneur de la Guadeloupe, Jean-François Layrle, choisit de faire preuve d’anticipation. Il proclame l’abolition le 27 mai 1848, soit un peu plus de 170 ans après le début du commerce triangulaire.
Cependant, il faut tout de même rappeler que l’abolition est le fruit d’un conflit économique opposant le Royaume-Uni et les autres pays qui pratiquaient (USA, France, Portugal, etc.) la traite des esclaves. Aujourd’hui, il n’y a toujours pas eu de dédommagement envers les Antilles suite à l’esclavage reconnu depuis en tant que crime contre l’humanité.