Actu tropiques

Coronavirus : Annick Girardin demande aux Ultramarins de l’Hexagone de ne pas rentrer en Outre-Mer

19 mars 2020 à 11h57 Par Arnaud Joly
Annick Girardin, ministre de l'Outre-Mer
Crédit photo : DR

La ministre des Outre-mer Annick Girardin a demandé mercredi soir aux Ultramarins de métropole de ne pas rentrer en outre-mer pour ne pas propager davantage le coronavirus dans ces territoires, lors d'une conférence de presse par internet.

Annick Girardin, lors de son intervention à exhorter les Ultramarins qui vivent hors de leur territoire d'origine, de ne pas y rentrer alors que le virus circule : 

« Je veux m'adresser aux Ultramarins qui vivent dans l'Hexagone, en Europe ou ailleurs et qui voudraient rentrer dans les territoires d'Outre-mer. Je leur demande de ne pas le faire. Parce que c'est aussi comme ça que va se véhiculer le virus dans les territoires d'Outre-mer. »

Elle a formulé la même demande pour les étudiants d'outre-mer actuellement en métropole. "J'ai bien entendu leurs préoccupations sur les questions d'hébergement, tous les Crous restent ouverts. Si les conditions d'hébergements dans l'hexagone sont garanties, restez dans l'hexagone, c'est préférable pour tout le monde", a-t-elle insisté, car "vous êtes potentiellement porteurs du virus".

Quant à ceux qui habitent dans les territoires d'outre-mer et qui se trouvent actuellement en métropole, "nous allons les aider à pouvoir rentrer chez eux" mais "la quatorzaine est obligatoire" pour eux à leur retour et doit être "très stricte", a martelé la ministre.
    
Les outre-mer ne seront pas complètement isolés car le gouvernement assurera "la continuité territoriale", mais "les transports vont ralentir", a-t-elle ajouté.

En outre-mer, "les cas testés sont le plus souvent importés, soit par des croisières, soit par des

déplacements depuis des zones où le virus circulait", a-t-elle rappelé. Mais "nous avons le début d'une contamination de locaux, de gens qui n'ont pas bougé des territoires ultramarins".
    
"Il faut qu'on puisse ralentir au maximum la propagation pour éviter que vos systèmes de santé" ne connaissent un "pic d'affluence", a-t-elle insisté.

La ministre a également déploré que la peur ait "provoqué dans certains territoires, dans des grandes surfaces notamment, des comportements violents inacceptables", et "des vols de produits, comme du gel et des masques".

Etat d’urgence sanitaire

La ministre a par ailleurs confirmé que l'Etat d'urgence sanitaire s'appliquerait bien en outre-mer, même si pour l'instant les territoires ultramarins ne sont "pas encore au stade 3" de l'épidémie, avec 88 cas recensés au total mercredi soir (seuls Wallis-et-Futuna et Saint-Pierre et Miquelon ne sont pas touchés). Jeudi matin, le nombre de cas dans les Outre-mer a désormais passé le cap de la centaine.