Actualité

Covid-19 : le Conseil scientifique « favorable » au raccourcissement de la quatorzaine, selon Olivier Véran

08 septembre 2020 à 14h00 Par Arnaud Joly
Crédit photo : Le Parisien

La décision de raccourcir la quatorzaine sera officiellement prise « vendredi au cours d’un Conseil de défense », a expliqué le ministre de la Santé.

Le Conseil scientifique a rendu un avis « favorable » pour raccourcir à sept jours la durée d'isolement des personnes testées positives au coronavirus et des cas contacts, contre quatorze actuellement, a assuré ce mardi Olivier Véran.

« Il est favorable à ce qu'on puisse réduire la période de mise à l'abri dans un certain nombre de situations, et de passer de 14 à 7 jours », a déclaré le ministre de la Santé sur France Inter.

La décision sera prise formellement « vendredi au cours d'un Conseil de défense », ce qui « va nous donner un peu de temps pour solliciter d'autres experts pour la mise en place » de cette mesure, a déclaré le ministre sur France Inter.

« Au-delà d'une semaine, la contagiosité est très faible »

Selon plusieurs études, l'essentiel des contaminations du Covid se fait dans les deux jours avant et les cinq jours après les premiers symptômes. « On est davantage contagieux dans les 5 premiers jours », a insisté ce mardi Olivier Véran. « Et ensuite cette contagiosité diminue de façon très importante, au-delà d'une semaine la contagiosité demeure, mais elle est très faible », a-t-il poursuivi.

Cette période d'isolement raccourcie favorisera « une meilleure adhésion » car aujourd'hui « on constate qu'un grand nombre de Français ne respecte pas la quatorzaine », a encore justifié Olivier Véran, assurant que cette décision n'était pas motivée par « des raisons de priorisation économique ».

Interrogé sur le risque de laisser une minorité de patients contagieux non isolés, le ministre a assuré qu'il n'y avait « quasiment pas de différence » entre une situation avec 5 % de personnes « potentiellement contagieuses » au-delà de cinq jours et « encore 2 % à 4 % des gens qui peuvent être contagieux » après 14 jours.

Des tests rapides à partir de cette semaine

Sur les tests de dépistage rapides du coronavirus, dits « tests antigéniques », Olivier Véran a annoncé qu'ils seraient déployés à partir de cette semaine. « Cette semaine, en Ile-de-France, nous devrions commencer à déployer des tests antigéniques, qui sont des tests rapides, (...) on a 15, 20 minutes à attendre et on a le résultat », a-t-il expliqué. « On devrait démarrer à partir de mercredi à l'AP-HP », l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, a-t-il ajouté.

Comme le test de référence actuel, le RT-PCR, les tests antigéniques sont réalisés à partir de prélèvements dans les narines, par écouvillon. Mais alors que le RT-PCR nécessite une analyse lourde en laboratoire, pour détecter le matériel génétique du coronavirus, le test antigénique repère des protéines du virus en quelques minutes, ce qui en fait un outil intéressant pour trier rapidement les personnes probablement contaminées, dans les aéroports ou à l'accueil des hôpitaux par exemple.

Vendredi, le Conseil de défense se penchera aussi sur d'éventuelles nouvelles mesures dans le département des Bouches-du-Rhône, qui connaît le taux de nouveaux cas le plus élevé de France, a indiqué Olivier Véran.