Actualité

Dès le 1er septembre, le port du masque sera obligatoire partout en entreprise, sauf dans les bureaux individuels

19 août 2020 à 10h42 Par Arnaud Joly
Crédit photo : Shutterstock

Après avoir imposé le port du masque en extérieur dans les centres-villes, le gouvernement va désormais le rendre obligatoire dans les espaces clos en entreprises, à partir du 1er septembre.

C’est la ministre du Travail Elisabeth Borne qui l’a annoncé ce mardi, une mesure qui prendra effet dès la fin du mois.

Dans la crainte d’une deuxième vague, des médecins militaient pour que le masque soit porté dans tous les espaces clos et ils ont fini par être entendus. Cette décision a été prise en suivant un rapport du Haut conseil de la santé publique, qui abordait la transmission du Covid-19 par aérosol. En effet, il serait possible que des fines gouttelettes de personnes malades se propagent dans l’air expiré.

Pas d’obligation dans les bureaux individuels

Dès le 1er septembre, les masques devront être portés partout où il sera possible de se croiser dans une entreprise, y compris dans les open spaces. Seuls les bureaux individuels sont épargnés par l’obligation.

Selon des chiffres de Santé publique France, 24% des foyers de contamination se trouvent en entreprise.

« D’après les chiffres qu’on nous a présentés, la moitié des clusters d’entreprises sont des abattoirs ou des exploitations agricoles », a déclaré Michel Beaugas, de la confédération Force Ouvrière. Des mesures spécifiques vont être prises pour ce secteur, notamment concernant l’hébergement des travailleurs saisonniers.

Les masques seront à la charge de l’employeur

Jusqu’à présent, le port du masque en entreprise était uniquement recommandé. Désormais, les employeurs devront prendre en charge l’achat de ces protections.

Un dispositif d’aide sera mis en place pour les entreprises de moins de 50 salariés et une subvention de 5 000 euros pourra être versée par la sécurité sociale, afin d’aider à l’achat de masques.

Le télétravail reste quant à lui fortement recommandé.