Actu tropiques

Discriminations : "La France traite ses enfants ultramarins comme des paillassons"

25 septembre 2020 à 15h22 Par Arnaud Joly
Le Crefom appelle à un rassemblement samedi à 14h à Paris pour dénoncer "le mépris" et "la discrimination" de l'Etat envers les populations des Outre-mer. Le président du Conseil représentatif des Français d'Outre-mer, Daniel Dalin, confie sa colère : "ce gouvernement se moque de nous!"

"Ca ne peut plus durer", s'agace au téléphone le président du Crefom. Daniel Dalin avoue en avoir ras-le-bol de ne pas être entendu par le président de la République et dénonce des promesses non-tenues : "Il suffit d'un changement de gouvernement pour que tout tombe par terre.

"Ne nous laissons plus invisibiliser"

Les raisons de sa colère sont nombreuses. Le Crefom les liste dans un communiqué et appelle les Ultramarins à se rassembler samedi 26 septembre pour dénoncer un manque de résultats du gouvernement dans des dossiers essentiels : racisme, violences, inégalités, scandales environnementaux et sanitaires, chômage endémique... 
"On a l'impression que le président de la République a autour de lui des gens qui se moquent totalement de l'Outre-mer, se moquent totalement de savoir ce que nous avons fait depuis le départ, de savoir qui nous sommes et ça ne peut plus durer."
 

"S'il y a un exemple de mépris, c'est bien pour Loïc Liber"

Pour illustrer son propos, le président du Crefom prend pour exemple Loïc Liber à l'encontre duquel, dit-il, "le mépris de l'État" est flagrant. Daniel Dalin affirme s'être mobilisé en décembre dernier pour que la légion d'honneur soit attribuée au soldat grièvement blessé par Mohammed Merah en mars 2012. Il a ainsi rencontré Annick Girardin en décembre 2019, alors qu'elle était ministre des Outre-mer : "Les promesses pour lesquelles elle s'était engagée sont restées vaines."

Le président du Crefom est déçu que le militaire guadeloupéen n'ait pas encore été décoré, malgré le soutien affiché par Annick Girardin et "malgré des lettres adressées au président de la République et à différents ministres." "S'il y a un exemple de discrimination et de mépris, c'est bien l'exemple de Loïc Liber", résume Daniel Dalin.

Et ses griefs ne s'arrêtent pas là. "Le gouvernement et tous les gouvernements qui se sont succédés n'ont pas respecté le principe d'égalité par rapport à la continuité territoriale". Il pointe les tarifs "trop élevés" des billets d'avion vers et depuis les Outre-mer, rappelant l'aide de 7 milliards d'euros accordée à Air France par l'Etat, sans contrepartie sur le prix des billets. "J'ai écrit à Bruno Lemaire [ministre de l'Economie, ndlr], il ne nous a jamais répondu, jamais!"
 

D'autres manifestations à prévoir

Autre raison de son amertume, la "blague raciste de l'ancien président Nicolas Sarkozy" faite à la télévision le 10 septembre dernier. Nicolas Sarkozy avait semblé associer les mots "singes" et "nègres" sur le plateau de l'émission Quotidien sur TMC. 

"On dirait que la parole raciste s'est libérée, dans un silence pesant", dit Daniel Dalin avant de rappeler que, dans son roman de l’été, Valeurs actuelles avait dépeint la députée Danièle Obono sous les traits d’une esclave. "C'est du mépris affiché des Outre-mer, on ne peut pas laisser les choses comme ça."

Le Crefom a donc proposé un rassemblement ce samedi 26 septembre à 14h sur la place de la Nation dans les 11e et 12e arrondissements de Paris"Je relancerai la manifestation, comme les Gilets jaunes l'ont fait pendant des mois et des mois, nous remobiliserons la communauté jusqu'à ce que le maximum d'Antillais descende dans la rue", promet Daniel Dalin qui veut peser sur les prochaines échéances électorales.