Actualité

La dernière promotion de l'ENA baptisée Aimé Césaire

04 juin 2021 à 10h34 Par Tropiques FM avec L'AFP
L'Ena à Strasbourg : toit de l'amphi Debré et batiment de la Commanderie Saint-Jean en arrière plan
Crédit photo : Ena

Les étudiants de la dernière promotion de l'ENA, qui va être remplacée par l'"Institut du service public", ont décidé de baptiser leur promotion du nom du poète et homme politique Aimé Césaire, a annoncé lundi la délégation des élèves.

"Après deux jours, et près de neuf heures de débats, les 119 élèves français et internationaux de la promotion 2020/2021 de l'École nationale d'administration ont adopté le nom +Aimé Césaire+", a indiqué cette même source.

Quatre autres noms ont également obtenu un grand nombre de suffrages: Joséphine Baker, Franz Kafka, Joseph Kessel et Marianne.

"Alors que l'ENA est appelée à disparaître à la fin de l’année, les élèves, animés par les valeurs universelles que symbolise Aimé Césaire, tiennent à réaffirmer la force de leur engagement en tant que serviteurs de l'État", a poursuivi la délégation des élèves.

Emmanuel Macron a annoncé début avril que l'Institut du service public (ISP) allait prendre la suite de l'Ecole nationale d'administration le 1er janvier prochain. Les élèves actuellement en première année à l'ENA suivront leur seconde année d'études dans le cadre de l'ISP.

"En choisissant Aimé Césaire, les élèves souhaitent se placer sous le patronage de ce combattant infatigable de l'égalité, défenseur des invisibles et des sans-voix", ont ajouté les élèves de l'école strasbourgeoise. "Ses mots résonnent encore dans le monde francophone. Les élèves ont voulu rendre hommage à l'élu de la République qui traduit le verbe en actes, ainsi qu'à une vie au service de l'intérêt général, de la Martinique, et de la France".

Aimé Césaire (1913-2008), poète et dramaturge chantre de la négritude, a été député de la Martinique de 1946 à 1993.

La promotion précédente de l'ENA (2019-2020) avait été baptisée du nom de la politologue, philosophe et journaliste Hannah Arendt.