Actualité

La Thaïlande annonce la fermeture de ses parcs nationaux plusieurs mois par an pour protéger la nature contre la pollution

20 octobre 2020 à 13h00 Par Arnaud Joly
Face à l’augmentation alarmante de pollution qu’a connue la Thaïlande ces dernières années, le gouvernement local vient d’annoncer la mise en place de mesures radicale. Il espère ainsi permettre à la nature de reprendre ses droits.

Cette décision politique importante fait suite aux nombreuses découvertes inquiétantes de ces derniers mois dans les parcs nationaux du pays. En effet, de plus en plus de déchets sont retrouvés en plein cœur de zones naturelles protégées, volontairement abandonnés par les touristes et les visiteurs de passage. Si certains se demandent comment les voyageurs ont pu être retrouvés, sachez que c’est grâce à la fiche de renseignements qu’ils ont dû remplir lors de leur entrée dans la réserve.

Des mesures strictes pour renforcer la protection des parcs nationaux

Outre cette nouvelle politique du retour à l’envoyeur, la Thaïlande a décidé de faire le maximum pour lutter contre la pollution. Dorénavant, la législation prévoit une amende pouvant atteindre 13 500 euros et cinq ans de prison pour les visiteurs qui jettent leurs déchets. En 2018, un projet de loi proposé par Office thaïlandais des parcs nationaux interdisant l’utilisation du plastique au sein des parcs avait déjà été voté (c’est aussi le cas aujourd’hui dans les supermarchés, ndlr). Et même si des médias sérieux comme le Bangkok Post affirment qu’en réalité « les restaurants des parcs nationaux continuent de servir leurs produits comme avant, en abusant des emballages plastiques », il semblerait bien que la vision environnementale globale du pays est en train de changer.

Pour aller encore plus loin et donner une vraie seconde chance à la nature, les autorités thaïlandaises ont opté pour une solution particulièrement radicale pour lutter contre les dégâts causés par le tourisme de masse. Dès 2021, la totalité des parcs nationaux du territoire seront complètement fermés au public et ce pour une période de plusieurs mois par an. De quoi permettre à la biodiversité de se régénérer et aux animaux de vivre avec une liberté sans limite, comme cela devrait être le cas tout le temps.

Il faut dire que l’effet de la pandémie, et plus directement du confinement, sur la faune et la flore a été l’occasion pour beaucoup d’observer un changement impressionnant. Laisser vide par les Hommes, les grands espaces sont redevenus sauvages. Des centaines d’éléphants ont été vus en train de se promener en toute quiétude et des espèces habituellement peu visibles sont apparues, comme le gaur et l’ours brun d’Asie. « Les parcs nationaux et la faune thaïlandaise ont eu le temps de se remettre des effets néfastes du tourisme tels que les déchets au cours des six derniers mois » a déclaré dans un communiqué Charinya Kiatlapnachai, la directrice de l’autorité du tourisme de Thaïlande. Dans le même temps, à travers un témoignage cité dans les colonnes du célèbre New York Times, Chananya Kanchanasaka,un vétérinaire du parc, s’est exprimé : « le parc a pu se régénérer de lui-même. C’est formidable de voir que les animaux sortent.