Actu tropiques

La vice-championne olympique guyanaise Malia Metella se lance le défi de traverser le lac Titicaca à la nage en novembre 2021

08 novembre 2020 à 12h00 Par Arnaud Joly
Malia Metella, vice-championne olympique 2008 tente un nouveau défi sportif : la traversée à al nage du lac Titicaca au Pérou en novembre 2021. Une grande aventure en eau libre qu’elle vivra avec 2 partenaires, Théo Curin, athlète nageur paralympique et Matthieu Witvoet, aventurier militant écolo.

"Le défi Titicaca" nous annonce une incroyable traversée solidaire de 3 sportifs hors normes : Malia Metella, Théo Curin et Matthieu Witvoet. Ces 3 sportifs de haut niveau ont démarré leur préparation physique au mois d'octobre afin de relever en novembre 2021, ce challenge insolite et extrême : la traversée du fameux lac Titicaca situé en plein coeur de la Cordillère des Andes au Pérou.

La championne de natation a été sollicitée par Théo Curin, l'instigateur de ce défi. La jeune femme a tout de suite adhéré à cet ambitieux projet : 

 « ... J'ai accepté tout de suite, je l'ai rappelé au bout d'une 1h30. Je lui ai dit oui que j'étais partante pour me remettre à l'eau... il me donnait envie de nager à nouveau et d'aller au delà de mes limites. Je ne connais pas du tout ce milieu de l'eau libre... Et dire que je devrai nager 122 km sur 10 jours … »

Un challenge sportif hors norme

Pour la championne de natation, ce challenge se situe à plusieurs niveaux. Elle va devoir puiser l'énergie au fond d'elle-même, apprendre à vivre avec ses coéquipiers et se soumettre à une préparation physique et mentale intense durant un an. Au final, ils devront former une équipe homogène et soudée pour affronter ce défi dans le lointain pays andin. 

Première étape à passer pour la nageuse : mieux connaître ses deux co-aventuriers. Théo Curin, nageur paralympique, amputé à 6 ans de ses quatre membres. Il a été en 2016, à 15 ans, le plus jeune nageur de la délégation française des JO. A son palmarès : un titre de vice-champion du monde et une médaille de bronze aux jeux paralympiques 2019. Le défi Titicaca rentre dans sa préparation pour les jeux de 2024.

L'autre acolyte, Matthieu Witvoet surnommé  "l'éco man" du groupe, est un aventurier sportif aguerri qui a deux projets pour 2021 : la descente à la nage de la Seine contre les mégots de cigarette et la traversée du Lac Titicaca. Ce qui fait dire à Malia : « J'ai deux superbes copains qui m'accompagnent, je suis la plus âgée de ce trio et on a hâte de vivre et faire partager cette belle aventure. »

Le défi de la maturité

Malia Metella approche de la quarantaine, se sent bien et complètement prête à attaquer le virage de la maturité. L'essentiel, pour elle, est de continuer d'apprendre tous les jours dans la vie personnelle comme professionnelle : « Pourquoi pas avant 40 ans me donner ce beau challenge, la traversée du lac Titicaca. C'est un message fort à faire passer. Faire, en tant que femme, cette traversée en totale autonomie. On va dormir, manger dans un radeau, j'ai à coeur de montrer que tout est possible même pour une femme… »

Une préparation spéciale pour affronter une situation extrême

La préparation des athlètes a démarré depuis un mois dans un bassin nautique. Les séances sont ponctuées, toutes les deux semaines, d'entraînements dans un lac. Les nageurs évoluuent, alors, dans une eau à 16° et commencent ainsi leur acclimatation au froid.

Le dépaysement est total pour la nageuse spécialisée dans la course de vitesse : « C'est une épreuve qui va durer 10 jours et peut-être plus pour faire ces 122 km. Cela n'a rien à voir avec ce que je faisais avant. Le défi personnel, c'est d'aller dans ce que je ne connaissais pas, ce milieu de l'extrême et de partir en totale autonomie sur un radeau . C'est une aventure que j'avais envie de faire avant mes 40 ans »

Avec un coach spécialisé dans la préparation physique, Bilal Bourazza, Malia découvre les techniques pour appréhender le froid. Mais à côté de la préparation physique, il faut aussi adopter un programme de diététique particulière tout comme se forger un mental d'acier.

L'athlète sait que le trio devra se surpasser en permanence et pour cela, chaque membre doit pouvoir compter aussi bien sur ses ressources physiques et mentales. 

Comme l'affirme notre championne avec son grand sourire : « C'est un retour dans les bassins pas comme les autres et cela j’adore ! »