Actu tropiques

Un dauphin fascine les observateurs, dans le port de pêche de Sainte-Rose en Guadeloupe

16 octobre 2020 à 16h49 Par Arnaud Joly
Selon les témoignages, un grand dauphin fréquente le port de Sainte-Rose depuis près de 3 semaines. Patrice, qui habite non loin de là, a filmé l'animal. Le delphinidé semble en bonne santé. Il pourrait s'agir d'un jeune mâle en rut, présent de longue date dans le Grand Cul de Sac Marin.

Nez à nez avec un dauphin

La rencontre avec un dauphin est généralement une belle surprise. Ce moment, Patrice (un Internaute qui a accepté de partager avec nous cette expérience) l'a vécu. Sans surprise, il a baptisé l'animal "Flipper", du nom de son congénère grand dauphin, porté à l'écran en 1996.
Alors qu'il habite à proximité du port de Sainte-Rose, le jeune homme observait la zone avec ses jumelles, quand il l'a aperçu, ce samedi 10 octobre 2020.

Le grand dauphin, qui mesure plus de trois mètres, squatte les lieux depuis environ 3 semaines, selon le témoignage de Patrice. Il semble curieux face aux promeneurs qui braquent leurs appareils photos sur lui. 

Il semble en bonne santé

Nous avons montré ces vidéos à une spécialiste des cétacés : Caroline Rinaldo, cofondatrice de l’association Evasion Tropicale, à Pigeon/Bouillante. 

Selon elle, notre "Flipper" pourrait être l'animal qui a nécessité une intervention, dans le Grand Cul de Sac Marin, dernièrement. Ce mâle inquiétait des observateurs, car il tournait inlassablement et se frottait à une bouée. Il s'est avéré qu'il avait une corde autour de la nageoire caudale. Et, s'il s'approchait autant de la bouée et se frottait, ce comportement pourrait s'expliquer par l'excitation sexuelle du jeune dauphin.
De même, dans le port, un jeune mâle peut trouver des lieux où assouvir ses pulsions, si besoin...

"Si c'est bien lui, c'est un jeune mâle et, donc... ces animaux ont des appétits sexuels assez violents, très présents. Donc ça a besoin de se frotter." Caroline Rinaldi

Autre possibilité : il arrive que des femelles qui attendent un petit cherchent à se mettre à l'abri des assauts des mâles, très insistants. Caroline Rinaldi parle même de harcèlement. Ces dames se positionnent donc très près de la côte, synonyme de refuge.